Ramtane Lamamra à l’issue du Sommet arabe : « L’Algérie a réussi à atteindre les objectifs tracés »

Ramtane Lamamra à l’issue du Sommet arabe : « L’Algérie a réussi à atteindre les objectifs tracés »

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, a indiqué mercredi que l’Algérie, sous la conduite du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait réussi à atteindre les objectifs tracés lors du Sommet arabe, à savoir « l’unification des rangs arabes ».

Animant une conférence de presse au terme des travaux du 31e Sommet arabe, tenu à Alger mardi et mercredi, M. Lamamra a précisé que ce rendez-vous était « un succès aux niveau national, arabe et international », l’Algérie ayant réuni toutes les conditions nécessaires à cette réussite sur le plan logistique et politique, mettant en avant le rôle du président de la République dans ce succès.

Le Président Tebboune et les dirigeants arabes ont « veillé à ce que ce sommet, qui s’est tenu après trois ans et demi d’absence, notamment en raison de la pandémie de Covid-19, soit un succès sur tous les plans », soulignant que « ce sommet d’unification des rangs se distingue par le fait qu’il se soit tenu en novembre ».

Se félicitant des préparatifs et du niveau de participation à ce sommet, le ministre des Affaires étrangères a affirmé que tous les participants, à leur tête l’Algérie, pays organisateur, et la Ligue arabe, avaient fait en sorte d’offrir le meilleur.

« Ce sommet du renouveau a posé un grand jalon dans le processus de renforcement et de développement de l’action arabe commune », a soutenu Lamamra, ajoutant que la Ligue arabe avait montré « sa capacité à s’adapter à la nouvelle donne et à accomplir pleinement son rôle dans l’encadrement de l’action arabe commune et l’accélération du renouveau ».

Evoquant la « Déclaration d’Alger », Lamamra a relevé que l’Algérie « a œuvré à promouvoir le consensus entre toutes les parties et à tous les niveaux. Elle s’est employée à rapprocher les vues pour parvenir à une convergence totale autour de tous les textes soumis au débat ».

Le chef de la diplomatie algérienne a mis l’accent, par ailleurs, sur l’importance de « la volonté politique, élément essentiel pour garantir l’application de ces textes, cristallisés lors du Sommet après que les Arabes aient bien saisi l’importance de l’action arabe commune dans la réunion des conditions idoines au positionnement sur la scène internationale ».

Concernant la Syrie, Lamamra a qualifié le retour de ce pays à son siège au sein de la Ligue arabe, de « chose naturelle qui se réalisera « , affirmant que la Syrie, forte de son histoire et de ses capacités, pourra apporter une valeur ajoutée à l’action arabe commune.

Cette démarche permettra de « promouvoir les solutions pacifiques aux conflits dans notre monde arabe et concrétiser une paix juste au Proche-Orient qui débouche sur le recouvrement par la Syrie du Golan occupé », a-t-il dit.

Lamamra a souligné lors de cette conférence l’importance du partenariat arabe qu’il a qualifié de « crucial », d’autant que certaines décisions du Sommet ont appelé à la concrétisation de l’intégration économique, à la construction d’un marché arabe commun et à l’ouverture des frontières à la complémentarité économique et à l’investissement. Il a également mis en avant l’importance du partenariat notamment sino-arabe, indiquant que des efforts sont déployés « en vue de le mener à bien ».

De son côté, le SG de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit a affirmé que le 31e Sommet arabe était une réussite, « et parmi les plus importantes éditions en terme de niveau de représentation ».

Evoquant les conditions organisationnelles ayant marqué la tenue du Sommet, Aboul Gheit a précisé que l’Algérie « a réuni toutes les conditions nécessaires à son succès », l’organisation étant « très pointue », et sa tenue, qui coïncide avec le 68ème anniversaire du 1er Novembre, « lui a conféré un caractère singulier ».

Une des caractéristiques de cette échéance arabe demeure « le consensus grandiose » entre les dirigeants et l’absence de « toute réserve », a-t-il soutenu.

Concernant le prochain Sommet arabe, Aboul Gheit a fait savoir qu’il avait été convenu de sa tenue dans la capitale saoudienne, Al-Riyadh « avant le 30 mars prochain », passant en revue les efforts colossaux déployés par l’Algérie lors de cette édition.

Plusieurs idées proposées par le Président Tebboune ont été approuvées par les dirigeants arabes lesquels ont chargé les ministres des Affaires étrangères de les examiner, en coordination avec la Ligue arabe, avant de les mettre en exécution, citant, les dossiers liés à la société civile et à la jeunesse. 

Laisser un commentaire