Démantèlement d’un réseau d’escrocs et saisie de 32 milliards de centimes

Démantèlement d'un réseau d'escrocs et saisie de 32 milliards de centimes

Le Service central de lutte contre le crime organisé, dans sa deuxième opération qualitative en moins d’une semaine, a démantelé un réseau criminel organisé, spécialisé dans la fraude et l’escroquerie et saisi 32 milliards de centimes, a indiqué jeudi un communiqué de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN).

« Suite à une opération qualitative effectuée par le Service central de lutte contre le crime organisé à Saoula (SCLCO) en début de semaine, qui s’est soldée par le démantèlement d’un réseau criminel organisé, spécialisé dans le blanchiment d’argent avec la saisie de sommes colossales d’argent en monnaie nationale et en devise, le même service a procédé au démantèlement d’un autre réseau criminel composé de sept (7) individus spécialisés dans la fraude et l’escroquerie » lit-on dans le communiqué. Cette opération a permis de « saisir 32 milliards de centimes, 27.000 euros et 12 véhicules de différentes marques ».

« Le réseau en question laissait croire aux victimes qu’elles bénéficiaient de l’achat de voitures neuves, faisant l’objet de saisie et de conflit juridique, dans le cadre d’ un présumé filtrage de dossiers administratifs des groupes de montage de voitures.

Ces éléments ont eu recours à des manœuvres frauduleuses qui consistaient à appâter leurs victimes en leur vendant dans un premier temps, des voitures à des prix bas pour les inciter par la suite à effectuer plus de commandes » selon la même source.

Cette manœuvre a permis au réseau de « collecter des sommes astronomiques d’argent, de connivence avec certains cadres de l’administration publique, notamment une prétendue fonctionnaire qui a joué le rôle d’intermédiaire dans la concrétisation de ces transactions illégales », conformément aux explications fournies par la DGSN.

Lors de l’enquête, les mis en cause ont révélé les méthodes de leur plan criminel, ils ont également reconnu les faits reprochés dans cette affaire et ont été présentés devant le procureur de la République près le tribunal de Bir Mourad Raïs pour « constitution d’une association de malfaiteurs, fraude et escroquerie, abus de fonction, blanchiment d’argent, infraction de la législation et de la règlementation des changes et des mouvements de capitaux de et vers l’étranger, usurpation de qualité attachée à une profession légalement réglementée », conclut le communiqué.

Laisser un commentaire